mériter


mériter

mériter [ merite ] v. tr. <conjug. : 1>
XV e; « récompenser » 1395; de mérite
1(Personnes) Être, par sa conduite, en droit d'obtenir (un avantage) ou exposé à subir (un inconvénient). encourir (cf. Être digne de, passible de). « je n'ai mérité Ni cet excès d'honneur, ni cette indignité » (Racine). Pour être « heureux, il ne suffit pas d'avoir le bonheur, il faut encore le mériter » (Hugo). Mériter l'estime, la reconnaissance de qqn. Traiter qqn avec les égards, les honneurs qu'il mérite. Mériter son salaire. Un repos bien mérité, bien gagné. « il avait mérité la maison de correction » (Aragon). Il l'a bien mérité (cf. C'est bien fait, il ne l'a pas volé). C'est tout ce qu'il mérite. Il n'a que ce qu'il mérite. Cet élève mérite de réussir. « de pareilles femmes ne méritaient pas que d'honnêtes gens se battissent pour elles » (Laclos). Il mériterait qu'on lui en fasse autant !
2(Choses) Donner lieu à, requérir. Sa proposition mérite réflexion. Toute peine mérite salaire. L'endroit mérite un détour. valoir. Ce fait mérite d'être mentionné (cf. Valoir la peine).
3Être digne d'avoir (qqn) à ses côtés, dans sa vie. On a les amis qu'on mérite. « vous ne méritez pas l'honnête femme qu'on vous a donnée » (Molière). « le monde antique n'a pas eu les dieux qu'il méritait » (Péguy) .
4Vieilli (Choses) Donner droit à. valoir. « Ce sont ces traits qui ont mérité à Corneille le nom de grand » (Voltaire).
5Trans. ind.; littér. Avoir droit à la reconnaissance. Loc. Il a bien mérité de la patrie : il a rendu des services éminents (formule offic.) .
⊗ CONTR. Démériter.

mériter verbe transitif (de mérite) Être en droit, par sa conduite, de jouir d'un bien, d'un avantage ou de s'exposer à tel mal, à tel inconvénient, à telle sanction : Il ne mérite pas la femme qu'il a. Tu mériterais d'être puni. Valoir quelque chose : Son attitude désinvolte lui a mérité un blâme. Donner lieu à, requérir, légitimer : Voilà une lettre qui mérite une réponse.mériter (citations) verbe transitif (de mérite) Alphonse de Prât de Lamartine Mâcon 1790-Paris 1869 Quel crime avons-nous fait pour mériter de naître ? Premières Méditations poétiques, le Désespoir Isaac Félix, dit André Suarès Marseille 1868-Saint-Maur-des-Fossés 1948 Chacun a les émotions qu'il mérite. Goethe, le grand Européen Émile-Paul Johann Wolfgang von Goethe Francfort-sur-le-Main 1749-Weimar 1832 Celui-là seul mérite la liberté et la vie Qui doit chaque jour les conquérir. Nur der verdient sich Freiheit wie das Leben, Der täglich sie erobern muß. Second Faust, grande cour d'entrée du palais mériter (expressions) verbe transitif (de mérite) L'avoir (bien) mérité, avoir tout fait pour s'exposer à un inconvénient. ● mériter (synonymes) verbe transitif (de mérite) Être en droit, par sa conduite, de jouir d'un bien...
Synonymes :
- être digne de
Donner lieu à, requérir, légitimer
Synonymes :
- réclamer
mériter verbe transitif indirect Bien mériter de la patrie, avoir droit à sa reconnaissance. ● mériter (expressions) verbe transitif indirect Bien mériter de la patrie, avoir droit à sa reconnaissance. ● mériter (synonymes) verbe transitif indirect Bien mériter de la patrie
Contraires :
- démériter

mériter
v.
rI./r v. tr.
d1./d Se rendre, par sa conduite, digne de (une récompense) ou passible de (une sanction). Mériter l'estime de ses concitoyens. Mériter un blâme.
Mériter de (+ inf.). Il mérite d'être puni.
Mériter que (+ subj.). Il mérite qu'on fasse une exception.
|| Mériter qqn, en être digne. On a les amis qu'on mérite.
d2./d Donner droit à. Tout travail mérite salaire.
rII./r v. tr. indir. Litt. Avoir bien mérité de la patrie, de l'état: avoir rendu de grands services à la patrie, à l'état.

⇒MÉRITER, verbe trans.
I.Emploi trans. dir.
A. — [Le suj. désigne une pers., un groupe de pers.; p. méton., son action, son oeuvre, ses idées] Être considéré comme devant faire l'objet d'(une sanction positive ou négative). Synon. être digne de. La croyance monothéique, soit chrétienne, soit musulmane, mérite de plus en plus la réprobation que son avènement inspira, pendant trois siècles (COMTE, Catéch. posit., 1852, préf., p.8). Ne me tue pas! (...) en quoi ai-je mérité ce supplice atroce, de mourir ainsi lentement, clouée par les deux mains? (CLAUDEL, Tête d'Or, 1901, 3e part., p.263):
1. Quand j'eus fini de causer, je lui demandai de me juger et de me choisir les points où j'étais coupable, afin que, m'agenouillant devant lui, j'eusse à les rappeler en confession et à m'en repentir pour mériter une absolution générale.
SAND, Hist. vie, t.3, 1855, p.194.
SYNT. Acte, comportement, conduite, geste qui mérite une sanction; femme, homme qui mérite un châtiment, une récompense; coupable, crime, criminel, faute, forfait qui mérite un châtiment; bonnes actions, bonnes oeuvres, efforts qui méritent une récompense; mériter une décoration, la gloire, les honneurs, une médaille, une prime, un prix, le premier prix, des remerciements, son salaire; mériter le bagne, des claques, une condamnation, la corde, les fers, une fessée, les galères, une gifle, la guillotine, la maison de correction, la mort, mille morts, l'opprobre, un outrage, une peine, la peine capitale, la pendaison, la prison, une punition; mériter le ciel, le paradis, la réussite; mériter la damnation, l'échec, l'enfer; mériter une leçon; mériter l'admiration, l'amour, l'approbation, la bienveillance, les bonnes grâces, les compliments, les éloges, l'estime, les faveurs, l'indulgence, les louanges, le pardon, la reconnaissance, le respect, la sympathie de qqn; mériter le blâme, la disgrâce, la haine, le mépris, les outrages, les reproches de qqn; traiter qqn avec les égards, le respect qu'il mérite.
Expr. Il l'a bien mérité! Il n'a pas mérité ça (cela). Voilà tout ce que tu mérites, ce que vous méritez. Non! ce pauvre Boucherot ne méritait pas ça (...). Avoir mangé cinq cent mille francs pour une bécasse semblable (...)! (FLAUB., 1re Éduc. sent., 1845, p.89).
Emploi pronom. passif. Cette grâce des grâces se mérite comme une autre, et je ne la méritais plus, sans doute (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p.1140).
Emploi part. passé ou adj. Hommage mérité; honneurs, reproches mérités; condamnation, gloire, peine, punition, récompense, sanction méritée; une paire de gifles bien méritée; accusations, louanges méritées. Les vieilles monarchies sont condamnées et nous assistons à leur supplice, trop mérité par des siècles de crimes (LAMENNAIS, Lettres Cottu, 1833, p.246). Cette vieillesse anormale, excessive, honteuse et méritée des célibataires, de tous ceux pour qui il semble que le grand jour qui n'a pas de lendemain soit plus long que pour les autres (PROUST, Swann, 1913, p.34). M. Noyer inscrivait les notes méritées par ce mauvais élève (GREEN, Journal, 1933, p.156).
Mériter de + inf. Mériter de mourir, de réussir. Étienne Pascal, maître des requêtes, avait mérité pour ses services d'être anobli par Louis XI (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.2, 1842, p.454). Il aurait mérité d'être pendu! (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p.5). Le bourgeois mérite d'être tout ce qu'il est, de faire tout ce qu'il fait, parce qu'il entraîne l'humanité vers son plus haut, son plus noble destin (NIZAN, Chiens garde, 1932, p.118).
Mériter que + subj. Je n'ai pas mérité que vous exerciez ce droit de vie et de mort qui repose entre vos mains (STAËL, Lettres L. de Narbonne, 1793, p.122). Vous mériteriez que je vous brisasse le front avec le pied! (DUMAS père, Teresa, 1832, V, 4, p.229). Ah! qu'un roi de ta sorte (...) Mérite qu'on le blâme (MORÉAS, Iphigénie à Aulis, 1903, p.159).
Mériter qqc. à qqn. Faire obtenir une sanction, une faveur à quelqu'un. La mort de Notre-Seigneur nous a mérité le ciel (Ac. 1798-1935). Quel traitement mérite à son auteur un poème comme l'Iliade? (PROUDHON, Propriété, 1840, p.230). Le châtiment que lui ont mérité ses crimes (DG):
2. Hélas! L'homme si peu médite
Sur la Passion de Jésus-Christ
Et sur ce qu'elle nous mérite:
Les liens du larron détruits,
Au Paradis elle l'invite.
JAMMES, De tout temps, 1935, p.161.
Proverbe. Toute peine mérite salaire. Chaque métier mérite salaire (DUMAS père, Intrigue et amour, 1847, II, tabl. 4, 3, p.237). Mais tu n'es pas raisonnable, Michel, toute peine mérite son salaire; et puis, le charbon de maître Jean a son prix, et tu lui dois aussi ta journée (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.1, 1870, p.165).
[P. ext.; le compl. désigne qqc. qui n'est pas par nature une sanction positive ou négative mais qui est présenté comme tel] Mériter sa réputation; mériter son surnom. Vous avez bien tort de m'appeler consolateur, chère demoiselle. Je voudrais mériter ce titre, mais que puis-je pour vous, sinon vous envoyer l'assurance d'une sympathie très profonde! (FLAUB., Corresp., 1866, p.196). Justin, mon ami, tu ne mérites pas ton nom, tu n'es pas juste (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p.117):
3. Il [le docteur] mérite son visage, d'ailleurs, car il ne s'est pas un instant mépris sur la façon de retenir et d'utiliser son passé; il l'a empaillé, tout simplement...
SARTRE, Nausée, 1938, p.92.
Expr. (N')avoir (que) ce qu'on mérite. Toute nation a le gouvernement qu'elle mérite. De longues réflexions, et une longue expérience, payée bien cher, m'ont convaincu de cette vérité comme d'une proposition de mathématiques (J. DE MAISTRE, Corresp., 1811, p.57). Chaque homme n'a que le Dieu qu'il mérite. Tous les malheurs que votre Dieu vous envoie, c'est vous qui les avez pensés (MAETERL., Sablier, 1936, p.167).
En partic. Mériter qqn. Mériter ses amis, sa femme, un meilleur professeur. Cette offre lui semblait dictée par une indulgente paternité qui lui disait: Mérite Césarine en devenant riche et considéré (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p.92). Le parti orléaniste méritait ce serviteur, comme il a mérité Dupin (GONCOURT, Journal, 1859, p.652). «Eh bien! méritez-moi...» dit-elle avec un joli sourire remontant sur les fines dents blanches (A. DAUDET, Tartarin Alpes, 1885, p.156).
[Suivi d'un adv. à valeur de nominal neutre]
Mériter beaucoup. ,,Être digne de récompense par ses talents, par ses services. Il a beaucoup mérité et peu reçu`` (Ac.).
Mériter mieux. Être digne de quelque chose, d'une situation plus satisfaisante. Votre attitude est celle d'une jeune fille vaniteuse. Vous méritez mieux. J'aimerais faire apparaître la femme (COCTEAU, Bacchus, 1952, II, 8, p.142).
Emploi abs., rare. [S'oppose à démériter] Être digne de récompense, de tel ou tel caractère; avoir du mérite. Le philosophe dit: ,,La Vie est un combat! Souffrir, c'est mériter; jouir, c'est être lâche!`` (ROLLINAT, Névroses, 1883, 348). Il n'y a pas à chercher à mériter avec vous; il y a, sans plus, à chercher à profiter de la courte période où l'on tient une petite place dans votre vie (MONTHERL., J. filles, 1936, p.1000).
THÉOL. [Correspond à mérite A 2] Être digne de la miséricorde divine. V. démériter ex. 2:
4. Émilie Brontë, dans son presbytère anglican, ne croyait pas qu'elle pût mériter pour son frère; elle ne se mouvait pas comme Eugénie de Guérin dans cet univers catholique de la réversibilité où le dernier d'entre les fidèles coopère à la passion du Christ.
MAURIAC, Gds hommes, 1949, p.129.
B. —[Le suj. désigne un inanimé] Synon. être digne de.
1. [Le compl. désigne une dénomination, un qualificatif, un titre (v. aussi supra A p. ext.)] Être dans un rapport de convenance plus ou moins nécessaire, légitime ou motivé avec. Un cabaret à côté qui s'appelait Au bon coin et méritait cette dénomination (VERLAINE, Œuvres compl., t.4, Prisons, 1893, p.417). Cette musique concrète, qui a pour équivalent la peinture abstraite, mérite comme elle le qualificatif d'abstrait plus encore que de concret (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p.192):
5. Une philosophie ouverte au surnaturel serait assurément une philosophie compatible avec le christianisme, ce ne serait pas nécessairement une philosophie chrétienne. Pour qu'une philosophie mérite vraiment ce titre, il faut que le surnaturel descende, à titre d'élément constitutif, non dans sa texture, (...) mais dans l'oeuvre de sa constitution.
GILSON, Espr. philos. médiév., 1931, p.39.
Mériter de + inf.; mériter que + subj. Une chose qui mérite qu'on la dénomme de telle ou telle manière. Deux [sépales], opposés l'un à l'autre et portant à leur base une sorte de bosse, méritent d'être appelés externes (PLANTEFOL, Bot. et biol. végét., t.1, 1931, p.445).
2. [Le compl. désigne une action; p. méton., le résultat d'une action] Être considéré comme devant faire l'objet de (telle ou telle opération). Mériter des précautions, des précisions; mériter un commentaire, un développement, une réponse. Utopie trop extravagante pour mériter la moindre discussion (COMTE, Philos. posit., t.4, 1839-42, p.139). La propriété de Brisson est à vingt minutes de chez vous en voiture... Ce vieux château mérite une visite (CHARDONNE, Épithal., 1921, p.42).
♦[Avec un compl. au sing. et sans article dans des tournures figées] Mériter attention, confirmation, considération, discussion, examen, réflexion. Le seul voyage important qui mérite mention est celui du Chinois Fa-Hien au début du Ve siècle, qui dura dix-huit ans (399-417) (Hist. sc., 1957, p.1441).
Mériter de + inf.; mériter que + subj. Mériter d'être confirmé, examiné, signalé; mériter qu'on en parle, qu'on y pense, qu'on y réfléchisse, qu'on y songe. Nous voilà arrivés à une époque de nos recherches qui mérite que vous vous y arrêtiez un moment (DESTUTT DE TR., Idéol. 1, 1801, p.79). Voilà à peu près tout ce qui mérite d'être vu à Burgos (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p.52). Larsan assassin était une exception qui méritait que l'on s'entourât de quelque garantie (G. LEROUX, Myst. ch. jaune, 1907, p.140).
II.Emploi trans. indir., vieilli. (Bien) mériter de + subst. Avoir droit à la reconnaissance de. Il a bien mérité de la patrie. Ainsi on ne fera éprouver aucune humiliation aux personnes qui peuvent, ainsi que M. de Puzy, avoir bien mérité de nous (Le Moniteur, t.2, 1789, p.400). Ô vous, nés avec moi, mes compagnons de travail, vous avez bien mérité des lettres, et vos livres (...) comptent (A. FRANCE, Vie littér., t.2, 1890, p.205):
6. Nos religieuses eussent mieux mérité de Dieu, de nos parents et de nous, si elles eussent sacrifié à notre bonheur, et, pour parler leur style, à notre salut, une partie du temps qu'elles consacraient avec égoïsme à travailler au leur.
SAND, Hist. vie, t.3, 1855, p.94.
Prononc. et Orth.:[], (il) mérite [-]. Ac. 1694, 1718: meriter, dep. 1740: mé-. Étymol. et Hist. 1. Début XIVe s. abs. «récompenser» (AIMÉ DE MONT CASSIN, Hist. de li Normant, éd. V. de Bartholomaeis, I, XXX, p.40) seulement au Moyen Âge, v. GDF.; 2. a) ca 1480 «encourir (un châtiment)» (Mystère du Viel Testament, 5436, éd. J. de Rothschild, t.1, p.208: Merité ont dampnacion Eternelle...); b) 1495 «être digne de» (J. DE VIGNAY, Mir. histor., 3e vol., f°165d ds GDF. Compl.); 3. 1549 (DU BELLAY, Deffence et illustration, éd. H.Chamard, p.90: et penseray avoir beaucoup merité des miens, si...). Dér. de mérite: dés. -er; mériter a évincé l'a. fr. merir att. du XIIe s. au XVIe s. (v. GDF., T.-L., FEW t.6, 2, p.29), issu du lat. merere «gagner, mériter» et dans la loc. male merere/bene merere «être mal/bien méritant» c'est-à-dire «se comporter mal/bien vis-à-vis de...», constr. calquée dans le fr. bien mériter de, v. supra. Fréq. abs. littér.:4983. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 10918, b) 6183; XXe s.: a) 4749, b) 5704. Bbg. QUEM. DDL t.11.

mériter [meʀite] v. tr.
ÉTYM. XVe; « récompenser », fin XIIIe; de mérite.
1 Être, par la conduite, en droit d'obtenir (un avantage) ou exposé à subir (un inconvénient). Encourir (cf. Être digne de, passible de). || Mériter une récompense, une faveur (cit. 10), une décoration, un prix… || Mériter le ciel, le paradis. || Mériter un blâme, une punition. Encourir; passible (être passible de). || Mériter la mort (→ De, cit. 27), la peine capitale, la corde…, la maison de correction (→ Gosse, cit. 3). || Il mérite d'être puni : il est punissable. || Mériter le blâme (être blâmable), la critique (être critiquable)… || Mériter des louanges (→ Humilier, cit. 28; incomparable, cit. 8), l'estime, l'indulgence de qqn (→ Excuse, cit. 14). || Rendre à qqn les égards qu'il mérite. || Mériter la reconnaissance d'un peuple.Mériter le mépris et la haine (→ Abuser, cit. 4; faquin, cit. 3). || Reproches qu'on a bien mérités (→ Exhortation, cit. 1). || « Je n'ai mérité/Ni cet excès (cit. 4) d'honneur ni cette indignité » (Racine). || Mériter un nom, un surnom (→ Abbé, cit. 3; garder, cit. 76; instruire, cit. 26). || Mériter son sort, sa réputation (→ Fameux, cit. 2), ses réussites (→ Créer, cit. 19), son emploi (cf. Être à sa place). || Homme heureux (cit. 6) qui mérite son bonheur. || Vous avez bien mérité ce repos, cette prime… Gagner (cf. Ce n'est que justice). || Il a bien mérité ses ennuis, son échec. || Il l'a bien mérité ! (→ Il l'a voulu; il ne l'a pas volé !; c'est bien fait). || Vous avez ce que vous méritez (→ Ajuster, cit. 19). || Voilà tout ce que tu mérites ! || Le pauvre, il n'avait pas mérité cela ! || Il méritait mieux que cela. || Il n'a que ce qu'il mérite. || « Toute nation a le gouvernement (cit. 40) qu'elle mérite » (J. de Maistre).
1 Allez, vous êtes fou, dans vos transports jaloux,
Et ne méritez pas l'amour qu'on a pour vous.
Molière, le Misanthrope, IV, 3.
2 Quand on est si digne de faire le bien, me dit-elle (…) comment passe-t-on sa vie à mal faire ? — Je ne mérite, lui répondis-je, ni cet éloge, ni cette censure (…)
Laclos, les Liaisons dangereuses, XXIII.
3 Pour être parfaitement heureux il ne suffit pas d'avoir le bonheur, il faut encore le mériter.
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, « L'esprit », Tas de pierres, II.
2 (1636). Être digne d'avoir (qqn) à ses côtés, dans sa vie. || Mériter (un époux, une épouse; un ami, un chef). || On a les amis qu'on mérite. || « Un homme sans honneur ne te méritait pas » (→ Généreux, cit. 2, Corneille).
4 Vous méritiez, ma fille, un père plus heureux.
Racine, Iphigénie, II, 2.
5 Allez, vous ne méritez pas l'honnête femme qu'on vous a donnée.
Molière, George Dandin, I, 6.
6 On peut dire que le monde antique n'a pas eu les dieux qu'il méritait. Le monde chrétien a eu juste le Dieu qu'il méritait; son Dieu. Le monde moderne a encore le Dieu qu'il ne mérite déjà plus.
Ch. Péguy, Note conjointe, « Sur Descartes », p. 179.
3 (1559). Entraîner à juste titre (une récompense ou un châtiment).(Sujet n. de chose). || Œuvre qui mérite la gloire (cit. 27). || Œuvre qui mérite à peine le nom de livre (cit. 4, La Bruyère). || Récit qui mérite créance (cit. 6). || Effort qui mérite d'être signalé. Méritoire. — ☑ Prov. Toute peine mérite salaire.Mériter une mention spéciale (→ Île, cit. 4). || Ceci mérite réflexion, considération. Réclamer. || Nouvelle qui mérite confirmation. Besoin (avoir).
7 Ces mots remplis d'impertinence
Eurent le sort qu'ils méritaient.
La Fontaine, Fables, VIII, 19.
8 Voici sept ans que je risque ma vie pour la bonne cause, je ne vous le reproche pas, mais toute peine mérite salaire.
Balzac, les Chouans, Pl., t. VII, p. 986.
Vx ou littér. || Qualité, œuvre, action… qui mérite qqch. à qqn, qui lui donne droit à…, lui fait obtenir. Obtenir, procurer, valoir. || Ce sont ces traits qui ont mérité à Corneille le nom de grand (→ Grandeur, cit. 31). || « Le châtiment que lui ont mérité ses crimes » (Hatzfeld).
9 (…) Érophile, à qui le manque de parole, les mauvais offices, la fourberie, bien loin de nuire, ont mérité des grâces et des bienfaits (…)
La Bruyère, les Caractères, XI, 26.
4 Mériter de… (suivi d'un inf.). || Personne qui mérite d'être louée (→ Bonté, cit. 2), d'être adorée (cit. 8). || Vous méritez de réussir. || Il mérite, il mériterait d'être traité comme il nous traite.Un ouvrage qui mérite d'être lu (→ Appréhender, cit. 7). || Le fait mérite d'être noté. Valoir (la peine de); suff. -ation, cit. || Il faut voir cela, cela mérite d'être vu.
10 (…) ils épargnent aux autres hommes la peine de semer, de labourer et de recueillir pour vivre, et méritent ainsi de ne pas manquer de ce pain qu'ils ont semé.
La Bruyère, les Caractères, XI, 128.
11 Un homme disait naïvement à un de ses amis : « Nous avons, ce matin, condamné trois hommes à mort. Il y en avait deux qui le méritaient bien. »
Chamfort, Caractères et anecdotes, Naïveté d'un juge.
Mériter que. Valoir. || Élève qui mérite qu'on s'occupe de lui. || Une affaire qui ne mérite pas qu'on s'y intéresse. || Il mériterait qu'on lui en fasse autant !« La vie est trop courte pour mériter que je m'en inquiète » (→ Ennuyer, cit. 12, Vauvenargues).
12 Et votre lâcheté mérite qu'on en rie.
Molière, les Femmes savantes, II, 9.
13 (…) de pareilles femmes ne méritaient pas que d'honnêtes gens se battissent pour elles.
Laclos, les Liaisons dangereuses, LXXIX.
5 (V. 1662). Absolt. (Littér. ou relig.). Avoir du mérite, des mérites. || Un homme qui a mérité (→ Avantage, cit. 2). || Il a beaucoup mérité et peu reçu (Académie). || Mériter ou démériter (cit. 2).
14 Debout ! Plus votre cœur répugne à l'accepter
Plus ce sera pour vous matière à mériter (…)
Molière, Tartuffe, IV, 3.
Loc. Il a bien mérité de la patrie : il a rendu des services éminents (formule officielle).
15 Mériter de la patrie : Cette phrase est devenue la grande formule de récompenser les citoyens patriotiques de leurs vertus et actions civiques en les consacrant dans les Fastes de la Nation ou en leur donnant une certaine publicité dans le Bulletin ou le Livre National des actions héroïques, ou en gravant le nom du citoyen qui a mérité éminemment de la patrie sur la colonne du Panthéon, le Temple National.
Snetlage, Nouveau dict. français, 1795, in D. D. L., II, 11.
——————
mérité, ée p. p. adj.
(sens 1). || Récompense méritée. || Succès bien mérité.Punition méritée. || Accusations méritées, exactes (→ Indignation, cit. 3).
CONTR. Démériter.
DÉR. Méritant.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • meriter — Meriter. v. a. Estre digne, se rendre digne. Meriter loüange. meriter recompense. meriter punition. meriter chastiment. meriter grace. meriter pardon. il a merité le prix. je n ay pas merité cet honneur. il luy faut donner cette charge, il l a… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • meriter — Meriter, Mereri, Commerere, vel Commereri, Emereri. Meriter et deservir quelque chose, Promereri. Meriter d estre creu, Fidem mereri. Meriter envers aucun, Demereri. Je sçay qu elle a bien gagné et merité que tu ayes memoire d elle, Scio hanc… …   Thresor de la langue françoyse

  • Meriter — er en ironisk betegnelse for en fortjeneste …   Danske encyklopædi

  • mériter — (mé ri té) v. a. 1°   Être digne de, en parlant des personnes. •   Et concevez enfin des voeux plus élevés, Pour mériter les biens qui vous sont réservés, CORN. Nicom. I, 2. •   Je m en vais seul au temple où leur hymen s apprête, Où vous n osez… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MÉRITER — v. a. Être digne, se rendre digne de. Il mérite récompense. Il mérite sa grâce, son pardon. Mériter l estime, l amitié, les bonnes grâces de quelqu un. Il a mérité le prix. Je n ai pas mérité cet honneur. Il faut lui donner cette place, il l a… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • mériter — vt. mér(i)tâ(Albanais.001c, Morzine.081b | 001b.AMA., Aix, Praz Arly, Villards Thônes), mèrtâ (001a,081a, Arvillard), mretâ (Saxel), pp. => Mérité, C. => Arriver. A1) mériter // gagner mériter au prix d un gros travail et d un long effort …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • MÉRITER — adj. des deux genres Qui mérite l’approbation, l’estime. En défendant cet homme injustement accusé, vous avez fait une action méritoire. Il a fait preuve en cette circonstance d’une modération bien méritoire. Il signifie particulièrement Qui rend …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • meriter — noun ( s) obsolete : one that merits …   Useful english dictionary

  • Mériter créance, être digne de créance — ● Mériter créance, être digne de créance être digne d être cru, mériter la confiance, le crédit d autrui …   Encyclopédie Universelle

  • Mériter considération — ● Mériter considération être assez important pour qu on l examine avec soin, qu on y réfléchisse …   Encyclopédie Universelle